Les inscriptions pour la Masterclass sont ouvertes!

Se termine:
jours
heures
minutes
secondes

Comment contrôler l’humidité en serre?

contrôler l'humidité en serre

La gestion de l’humidité en serre est une des tâches fréquemment négligée dans l’entretien d’une serre. Contrôler l’humidité dans une serre est un défi et les coûts de chauffage associés peuvent être découragent. Malgré tout, il y a de nombreux bénéfices à la déshumidification d’une serre.

Les bénéfices de contrôler l’humidité en serre

Le plus gros impact que vous verrez sur vos profits est la réduction des maladies. De nombreux producteurs ont pratiquement éliminé toutes traces de maladies depuis qu’ils utilisent des cycles de déshumidification. La santé de vos plants est liée à la santé de la ferme. Des plants en santé pemettent d’augmenter vos rendements, de réduire les coûts de pesticides et de réduire le temps associé à la gestion des maladies.

Un autre élément à ne pas négliger est la réduction du niveau de stress. En connaissant les besoins des plants et l’environnement dans lequel ils poussent, il est plus facile de planifier efficacement et réduire le stress lié à l’incertitude. Catherine Sylvestre, de la ferme des Quatre-Temps, met en valeur la prédictibilité comme manière de limiter ce stress. La serre est un environnement qui amène des défis, mais en contrepartie, elle offre la possibilité d’avoir le contrôle. Gérer l’humidité est l’une des solutions pour limiter les surprises et contribuer à sa paix d’esprit.

Bref, la gestion de l’humidité permet d’augmenter vos rendements, de sauver du temps et, surtout, de réduire le stress à travers la saison. 

Les besoins de la plante en matière d’humidité

Il est nécessaire de comprendre que la plante ne ressent pas l’humidité comme nous. L’humain ressent l’humidité relative qui est le rapport entre la quantité d’eau contenue dans l’air et la quantité nécessaire pour atteindre la saturation à une température donnée. La plante ressent le déficit d’humidité qui est la masse d’eau qu’il manque pour que l’air atteigne la saturation.

Pour aller plus loin dans votre compréhension, consultez cet article sur le déficit d’humidité. Pour le reste de l’article, nous utiliserons des valeurs approximatives en pourcentage pour simplifier la compréhension.

L’humidité a un impact sur la transpiration des plantes, la résilience aux maladies et la prolifération d’insectes néfastes. 

Transpiration

La transpiration est essentielle pour une saine croissance des plantes. Premièrement, c’est grâce à la transpiration que la plante pompe l’eau chargée des nutriments du sol. La deuxième raison pour laquelle la plante a besoin de transpirer est que sans transpiration, la plante ne peut capter le CO2 nécessaire à sa croissance. Finalement, comme pour les humains, la plante transpire pour réguler sa chaleur, ce qui l’empêche de flétrir !

Maximiser la transpiration du plant permet donc de garder un plant productif. Qu’est-ce que cela veut dire au niveau de l’humidité ? Un air trop sec cause un stress sur la plante, qui arrête sa transpiration. À l’inverse, un air trop humide nuit à sa capacité de transpiration. La température impacte la valeur optimale d’humidité, mais une valeur sûre est de viser entre 70 et 80 % à 20 °C.

Maladies

Maintenir une humidité élevée dans une serre trop longtemps favorise la prolifération de maladies, comme le mildiou. Le mildiou se reconnaît aux spores grises développées sur la face inférieure des feuilles et de petites taches jaunes sur la face supérieure.


Si vous gardez une humidité plus élevée que 80 % dans votre serre pendant plus de 4 hures, vous augmentez les risques de maladies. Il est conseillé de maintenir l’humidité en fonction des besoins de vos cultures. Vous éviterez plusieurs soucis découlant de pertes de rendement.

Insectes

La bonne gestion de l’humidité dans votre serre augmente non seulement la résilience de vos cultures face aux maladies, mais prévient aussi la prolifération d’insectes nuisibles. Au même titre qu’une bonne gestion de l’humidité en serre prévient la prolifération de maladies, elle favorise l’efficacité des insectes prédateurs qui combattent les insectes ravageurs.

Préparez une stratégie de déshumidification

Typiquement, la première chose à faire pour gérer l’humidité dans votre serre est la déshumidification. L’excès d’humidité est le premier problème à combattre. Le manque d’humidité est un enjeu à régler une fois que la déshumidification est sous contrôle.

Avant d’aller de l’avant pour déshumidifier vos serres, notez qu’il est pratiquement impossible de toujours avoir l’humidité dans sa cible optimale. Un bon contrôle est un compromis entre : 

  • Assurer l’environnement idéal à la croissance de vos plants ; 
  • Minimiser vos dépenses en matière d’énergies.

Il existe 2 leviers que vous pouvez actionner pour déshumidifier votre serre.

2 leviers de déshumidification

Vous pouvez d’abord déshumidifier votre serre par échange d’air ou ventilation. Ce type de déshumidification permet d’équilibrer le niveau d’humidité dans l’air à l’intérieur et l’extérieur de la serre. Pour y arriver, on utilise les côtés ouvrants, les toits ouvrants ou les ventilateurs à pression positive et négative. 

L’autre option est de déshumidifier avec vos équipements de chauffage : thermopompe, fournaise au propane, fournaise à biomasse, etc. Augmenter la température en chauffant permet de changer l’humidité telle que ressentie par la plante. Cette augmentation de température augmente la capacité de transpiration de la plante et vient nuire au développement des maladies ou à la reproduction d’insectes nuisibles.

Comment déshumidifier efficacement ?

La gestion de l’humidité en serre vient avec son lot de défis. La température et l’humidité sont étroitement liées. Garder ces deux paramètres dans leur cible optimale demande une bonne compréhension de la science derrière. Et comme toujours, les coûts de chauffage sont également un facteur à balancer dans votre stratégie.

Plusieurs autres conditions s’ajoutent aux éléments à considérer. S’il fait froid dehors, il est recommandé de ne pasutiliser les côtés ouvrants, puisque les plantes vivront un choc thermique. S’il fait plus humide en dehors que dans la serre, ventiler conduira à humidifier la serre. Lorsqu’il fait chaud en dehors de la serre, déshumidifier l’intérieur devient encore plus difficile.

La manière adoptée par un grand nombre de producteurs est de faire une purge de déshumidification le matin. Au lever du soleil, il faut sortir l’humidité en ventilant et en chauffant pendant 15 à 30 minutes. La durée dépend de la capacité de ventilation de votre serre et de l’humidité extérieure.

L’autre manière est celle utilisée à la Ferme des Quatre-Temps. Elle permet de déshumidifier avec moins d’énergie en optimisant la stratégie de déshumidification selon la température, le vent ainsi que le niveau d’humidité dans la serre et à l’extérieur. Pour y arriver, vous aurez besoin d’un contrôleur climatique. 

En automatisant vos serres, vous pourrez également faire des purges tout au long de la journée et même faire de la déshumidification en continu lorsque ça n’impacte pas la facture d’énergie. En plus de sauver du temps, vous aurez un meilleur impact sur la productivité de vos plants !

Un investissement judicieux

Le processus de déshumidification d’une serre coûte cher. On estime que cela augmente de 30 % les coûts de chauffage. Malgré tout, ces dépenses en énergie sont grandement compensées en augmentation de rendements, en économie de temps et en paix d’esprit. Après tout, qu’est-ce que 3000$ de propane si cela vous permet de produire l’équivalent de 90 000$ de tomates de serre?

Pour obtenir un bon retour sur investissement, il faut bien comprendre les besoins de la plante et être précis dans son approche.

Déshumidifier une serre et acheter des outils pour assurer la bonne gestion de l’humidité peut donner l’impression de jeter de l’argent par les fenêtres, mais c’est un investissement bien placé !

 Vous désirez avoir une stratégie de déshumidification aussi efficace que la Ferme des Quatre-Temps ? Contactez l’équipe d’Orisha, qui vous accompagnera tout au long du processus !

Nous vous avons également préparé une série d’articles complémentaires qui vous aideront à augmenter votre connaissance sur le sujet. Nous vous invitons donc à consulter :


Cet article est écrit en collaboration avec Orisha.

Vous pourriez aussi aimer

jm fortier

JUSQU’AU 26 JUILLET 17H (EST)

Les inscriptions pour la Masterclass sont ouvertes!