EN FR
Vegetable Illustration

Fonder une famille dans une ferme : L’importance d’être soutenu par une communauté

Pour de nombreux agriculteurs-trices, faire le choix d’exploiter une petite ferme biologique signifie aussi la possibilité de fonder une famille dans un lieu permettant l’accès facile à des aliments frais, à la nature et créant un lien fort avec la terre. Mais il n’est pas toujours facile de concilier famille et agriculture : les deux emplois exigent beaucoup de temps, de soins et une volonté de s’adapter aux imprévus. Être soutenu par une communauté permet de tendre vers un équilibre. 

Nous avons parlé à 5 maraîchers-ères ayant des enfants d’âges différents de leurs expériences, de leurs défis et des apprentissages faits le long du chemin. Nous vous invitons à embarquer dans leur parcours d’élever des enfants dans une ferme grâce à cette série de 5 articles. 

Assurez-vous d’être soutenu par une communauté

Pouvoir partager la garde de ses enfants est une des conditions essentielles permettant aux personnes travaillant dans une ferme d’avoir l’attention nécessaire pour effectuer leurs tâches. Bien que des enfants d’âges différents puissent participer à de nombreuses tâches agricoles, certaines activités de la ferme sont dangereuses. Le travail fermier comporte aussi des tâches à haute intensité où la rapidité est essentielle. Dans ces moments, il est important de consacrer 100 % de son attention à la tâche à accomplir. Le fait d’être soutenu par une communauté et d’avoir accès à un service de garde d’enfants pendant que vous êtes à la ferme, que ce soit avec votre partenaire, un membre de votre famille, des amis, ou une garderie, est très précieux. 

Jessey Njau et Misha Shodjaee, de la ferme Zawadi, dans le sud de l’Ontario, reconnaissent l’importance du soutien de la communauté dans un projet agricole. Jessey, originaire du Kenya, souligne que si de nombreux Nord-Américains vivent dans une société qui privilégie les maisons individuelles et la famille nucléaire, ce mode de vie n’est pas la norme pour une plusieurs autres régions du monde. Selon son expérience, il y a beaucoup plus de soutien communautaire et d’engagement dans la vie familiale et l’agriculture dans les pays d’Afrique. Le fait d’avoir plus de gens autour de soi permet non seulement d’avoir du soutien pour la garde des enfants, mais aussi d’obtenir un coup de main ponctuel dans la ferme. 

Être soutenu par une communauté est essentiel sur une ferme. / Crédit :  Ferme Zawadi
Être soutenu par une communauté est essentiel sur une ferme. / Crédit : Ferme Zawadi

Solutions créatives pour la garde d’enfants

Selon l’endroit où vous vous trouvez et les politiques en vigueur dans votre région, l’accès à des services de garde d’enfants abordables n’est pas chose aisée, et il faut parfois trouver des solutions créatives. Anna Raines, de la ferme Rains & Sun Hilltop dans le Kentucky, propose une initiative  intéressante : elle permet aux familles qui font l’école à la maison de venir sur sa ferme pour vivre des expériences de bénévolat et d’apprentissage en milieu agricole. Ses enfants apprécient vraiment la présence d’autres enfants. Ils leur font visiter la ferme et se divertissent mutuellement, ce qui permet aux adultes de faire des tâches dans la ferme.

Dans les zones rurales où il est difficile de trouver des services de garde abordables, des groupes de parents ont créé des coopératives de garde d’enfants. Ils ont ainsi mis en place une communauté stable de familles qui se relaient pour la garde quotidienne des enfants. C’est une option qui demande une certaine logistique, mais qui peut permettre plus de liberté et de flexibilité sur le long terme. 

N’essayez pas de tout faire vous-même

Il est facile de tomber dans le piège de penser que l’on peut tout faire soi-même. C’est particulièrement vrai pour les agriculteurs-trices qui sont habituellement des personnes autonomes et débrouillardes. Or, si l’on ajoute le fait d’être parent dans l’équation, on se retrouve avec des personnes qui ont l’impression d’avoir le monde sur leurs épaules et d’être responsables d’une liste interminable de choses à faire. Il est d’autant plus important d’accepter d’être soutenu par une communauté.

Lorsque son fils Pacifico est né en juillet, Myrtha Zierock de la ferme Agricola Foradori a dû décider quelles tâches déléguer. Sa ferme n’en était qu’à sa deuxième saison et Myrtha assurait l’ensemble des tâches. Avec la naissance de son fils en milieu de la saison, elle a évalué les tâches (récolte, plantation, livraison) qu’elle pouvait déléguer à sa famille et à un stagiaire, et celles qu’elle devait continuer à faire elle-même (communication avec les clients des restaurants). Envoyer des SMS aux chefs pour recevoir leurs commandes était une tâche qu’elle pouvait faire tout en allaitant. En ayant bien formé préalablement les membres de sa famille et son stagiaire, elle pouvait se permettre de superviser de loin les opérations agricoles. Le fait d’être soutenue par une communauté est l’une des raisons pour lesquelles Myrtha a pu assurer le bon fonctionnement de sa ferme tout en prenant soin de son nouveau-né.   

Évaluez votre propre situation. Quelles sont les tâches que vous pourriez externaliser ou pour lesquelles vous pourriez obtenir de l’aide ? Que ce soit à la ferme ou à la maison, jetez un regard honnête sur ce que vous aimez faire et sur ce à quoi vous voulez consacrer du temps. Ce sont ces choses qui vous apporteront joie, énergie et motivation. Quant aux autres choses, essayez de dresser une liste de ce qui peut être fait par une autre personne. 

Détestez-vous la comptabilité ? Passez-vous plus de temps que vous ne le souhaitez à livrer vos légumes plutôt qu’à les cultiver ? Avez-vous besoin d’aide pour garder votre maison propre pendant la saison agricole ? Choisir d’engager quelqu’un qui peut accomplir les tâches qui vous causent le plus de stress peut être salvateur pour votre santé mentale et vous aider à vous concentrer sur les choses que vous aimez faire et dans lesquelles vous excellez. 

Crédit :  Rains & Sun Hilltop
Crédit : Rains & Sun Hilltop

Respirer et être attentif aux forces extérieures 

Bien sûr, pour beaucoup, la pandémie de COVID-19 n’a fait qu’intensifier la difficulté de trouver un équilibre entre la famille et l’agriculture. Ben Street, de Street Fare Farm, et sa femme ont eu leur premier enfant en mars 2020, juste au début de la pandémie, et leur deuxième enfant est né en mars 2021. Si la pandémie a créé un boom pour ses ventes, elle a également entraîné de nombreux défis pour une jeune famille avec un nouveau-né. Les membres de sa famille ne pouvaient pas lui rendre visite et lui offrir de l’aide. De plus, la ferme a connu plusieurs changements dans son personnel dus à la pandémie. Ben a donc dû s’efforcer de répondre à l’énorme intérêt de sa clientèle pour les aliments locaux, tout en étant présent pour son nouveau-né : « On dit qu’il faut un village, mais c’est difficile d’y accéder dans ces conditions  ». 

Reconnaître les limites de votre situation particulière peut également être important pour votre santé mentale. Il n’y a qu’un nombre limité d’heures dans une journée, et personne ne profite de votre tentative a vouloir tout faire.  Soyez réaliste quant à ce que vous pouvez faire dans une journée surtout si vous êtes la seule personne à vous occuper des enfants.

La communauté est essentielle

« Vous ne pouvez pas cultiver dans l’isolement, cela vous détruira. Vous ne pouvez pas le faire seul. » Jessey et Misha de la ferme Zawadi et tous les gens à qui nous avons parlé ont mis l’emphase sur ce point. Le fait d’être soutenu par une communauté, en personne et en ligne, contribue grandement à combattre le sentiment d’isolement que le travail agricole peut parfois générer. 

En tant que nouvelle mère et agricultrice principale, Myrtha Zierock voit beaucoup de valeur dans les échanges avec d’autres nouveaux parents lorsque les choses semblent écrasantes. « Être ouverte sur ce que je vis et entendre d’autres mamans est tellement important pour moi en ce moment – quand je vois à quel point les autres sont transparents au sujet de leurs enjeux, je me sens moins seule. » Même si elles semblent parfois inutiles, ces conversations et connexions font toutes partie de la construction d’un réseau de soutien sur le long terme. Donner la priorité aux relations avec les autres est crucial pour votre réussite en tant qu’agriculteur-trice et parent. 

Être parent et travailler en agriculture comporte son lot de défis ! Chaque enfant est différent et vous devrez vous adapter à ses besoins spécifiques. Nous avons préparé une série d’articles qui vous aideront à faire face à ces expériences passionnantes.

Nous vous invitons à consulter les articles suivants :