Les inscriptions pour la Masterclass sont ouvertes

Se termine:
jours
heures
minutes
secondes

Comment opérer une ferme rentable

Comment opérer une ferme rentable

Rendre une ferme rentable, ça ne se fait pas avec des recettes miracles à suivre à la lettre. Le chemin est rempli d’embuche et le contexte de chaque ferme demande beaucoup d’adaptation et de résilience. Chacun et chacune ajoute donc sa couleur dans la mise en place et l’opération de sa production. Toutefois, il existe des principes qui peuvent vous aider à rentabiliser votre petite superficie. Je vous propose ici 6 principes qui, à mon sens, sont cruciaux afin de rendre votre ferme rentable. Évidemment, il est à noter qu’il en existe plusieurs autres!

1 – Designer et systématiser la ferme pour l’efficacité

J’entends ici, d’une part, le design de la ferme, soit l’organisation et la disposition des infrastructures comme la serre, les chemins, la salle de conditionnement, la pépinière, le système d’irrigation, etc, et, d’autre part, la systématisation des opérations avec des procédures claires et simples.

Un bon design de ferme assure une multitude d’efficacités qui auront effet jour après jour, saison après saison. L’idée est souvent d’assurer la fluidité des opérations et de minimiser les déplacements. On pensera, par exemple, à créer un point central où tous les lieux fréquemment visités sont près les uns des autres, ou à placer les outils près des lieux où ils sont utilisés le plus souvent. Il y a beaucoup à considérer lorsque vous conceptualisez votre ferme. Prenez le temps de bien y réfléchir.

design pour une ferme rentable

Ensuite, il faut systématiser le quotidien des opérations en créant des procédures et des marches à suivre communes. Toute l’équipe doit être sur la même longueur d’onde pour qu’il y ait de la constance dans les résultats. Systématiser la façon d’exécuter les tâches vous permet d’isoler des variables, et d’ainsi mieux modifier ce qui n’est pas optimal. D’ailleurs, les points d’irritation ou les erreurs récurrentes sont souvent des indicateurs qu’il y a une amélioration à faire.

Vous avez souvent de bonnes idées, il s’agit simplement de les noter pour qu’elles finissent par se réaliser. Ainsi vous pourrez décider si vous prenez le temps durant la saison haute ou durant la saison basse pour optimiser un processus. Parfois, une idée vous fera gagner tellement de temps qu’il en vaut la chandelle de la mettre en place assez rapidement. Au bout du compte, l’important est de prendre ce temps pour optimiser votre ferme avec des systèmes.

2 – Faire des listes

Une microferme maraîchère est une entreprise très complexe. En plus d’avoir les implications financières et administratives d’une entreprise, sa production très diversifiée est liée de très près à la nature et ses imprévisibilités. 

Faire des listes aide donc à gérer la surcharge et la complexité. Les listes dressent un tableau de tout ce qu’il y a à faire et permettent de mieux prioriser les tâches, d’anticiper les problèmes et de limiter les oublis. Lorsque tout est dans notre tête, nous agissons à partir de ce qui nous vient en tête sur le moment. Sans faire des listes, vous risquez de mettre votre énergie sur ce qui n’est pas essentiel pendant que le temps manque cruellement.

faire des listes pour avoir une ferme rentable

Il peut arriver que vous cumuliez les listes et d’être dérouté face à l’organisation même de celles-ci. Cependant, à force d’en faire, vous trouverez la place appropriée pour chaque type d’information (planification culturale? Calendrier? Tablette à notes? Tableau? Cellulaire?) et leur temporalité (liste de la journée? de la semaine? de la saison? pour la basse saison? pour l’équipe ou seulement pour vous-même?). Vous finirez par trouver ce qui fonctionne pour vous.

3 – Bloquer du temps pour la mise en marché

La plupart des personnes démarrant un jardin-maraîcher le font puisqu’elles aiment produire des légumes…. et c’est super ! Or, dans le contexte d’une entreprise, il ne faut pas négliger la dimension de la mise en marché. À quoi bon produire une abondance de superbes légumes si vous n’êtes pas en mesure de les vendre?

marketing et mise en marché

Alors, vous devez régulièrement réserver du temps pour travailler sur cet aspect de votre ferme. Ce temps peut servir, par exemple, à contacter des restaurants, à analyser vos ventes, à travailler sur votre image de marque, à faire de la publicité ou à confectionner un kiosque percutant pour votre marché public.

Aussi, prenez bien le temps de réfléchir à l’expérience de vos clientèles (et je dis bien vos clientèles, car chacune d’elles a des besoins différents). N’hésitez pas à les sonder, simplement en leur parlant ou en leur soumettant un sondage. Pour ma part, j’ai eu accès à des informations très pertinentes par l’entremise d’un sondage de fin de saison envoyé à nos abonné(e)s de paniers de légumes. Notre équipe se questionnait sur la fréquence de certains légumes dans les paniers. N’oubliez pas que vous ne vendez pas seulement des produits maraîchers, mais aussi une expérience.

4 – Concentrer la production autour des cultures rentables

Si vous voulez être rentable, vous devez vous concentrer sur les cultures qui génèrent de bons revenus. Cela ne veut pas dire d’éviter à tout prix les cultures peu ou pas rentables, mais plutôt de faire des choix conscients. Le choix des cultures et leur quantité doit être intentionnel et basé sur une part de rationalité, et non seulement parce que vous l’aimez. 

Voici 4 points intéressants à considérer dans le choix de vos cultures et leur quantité :

  • Son revenu par planche par rapport à son temps au champ: Vous pouvez avoir un indicateur de la rentabilité d’une culture en divisant le revenu par planche par le nombre de jours passés au champ. Ce score représentant le revenu généré par jour au champ est un indicateur sommaire qui est très facile à calculer. Considérez les cultures dans le haut de la liste.
  • Sa popularité: même si une culture est rentable, on doit limiter sa production si elle n’est pas populaire. Produire pour rien coûte cher ! Inversement, une culture très populaire mais peu rentable peut être choisie pour ajouter de la diversité à votre offre ou pour attirer des clients à votre kiosque.
  • La saisonnalité de sa récolte: Certaines cultures présentent des résistances au froid qui font qu’elles peuvent être récoltées pendant la majeure partie de la saison. Cela permet de toujours en avoir dans votre offre légumière. D’autres cultures ne requièrent qu’une seule implantation pour être récoltées pendant de nombreuses semaines, ce qui requiert peu d’implantations pour obtenir de nombreuses récoltes.
  • La facilité d’une culture : Considérez le temps, l’expertise et les dépenses qu’exigent une culture pour être menées à terme avec succès. Par exemple, vous ne ferez peut-être pas une grande quantité d’une culture que vous n’avez jamais faite auparavant.

Pour être choisie, une culture n’a pas à exceller dans tous ces aspects. Vous pouvez produire une culture parce qu’elle est seulement populaire, mais allez-vous vous concentrer sur elle dans ce cas ? Ces critères servent d’abord à renseigner et à éclairer vos choix. Il faut donc les mettre en relation pour bien décider.

5 – Établir des objectifs réalisables pour rendre votre ferme rentable

Les objectifs sont importants, car ils déterminent la direction que vous donnez à votre ferme. L’établissement de vos objectifs vous oblige à passer par des questions de fond à propos de ce que vous voulez, ce qui vous motive à opérer cette ferme et comment vous allez faire pour atteindre ces objectifs. Établir des objectifs nous pousse à clarifier ce que l’on veut, pourquoi est-ce important, comment allons-nous y arriver et quand allons-nous le faire? Je vous suggère de tenter l’exercice pour 5 objectifs pour votre saison agricole. 

L’un de ceux-là devrait être votre objectif financier. Celui-ci doit être déterminé sur la base de vos marchés, vos années d’expérience, le nombre d’années que votre ferme est établie, la main-d’œuvre disponible, le nombre de semaines de votre saison, vos infrastructures en plaace, ainsi que vos besoins financiers. Soit dit en passant, tous vos objectifs n’ont pas à être reliés directement à la ferme. Vous pouvez en établir des plus personnels. L’important c’est qu’ils soient des défis réalisables.

6 – Créer une atmosphère positive 

Pour qu’une ferme et son équipe soient en harmonie et en synchronicité, l’atmosphère doit y être positive le plus possible. Une équipe conflictuelle ne mène qu’à des inefficacités, des départs et la perte du plaisir à faire ce travail qui est déjà assez difficile comme ça!

Trouvez les moyens d’insuffler de la confiance, de la joie, du respect et de la légèreté. Ce n’est pas toujours chose facile, mais il faut tout de même s’efforcer à communiquer clairement, à souligner les bons coups et à leader par l’exemple. Que vous soyez une ou dix personnes dans l’équipe, ce principe reste très important. Même une personne seule doit trouver le temps pour s’écouter, se féliciter et avoir des moments de plaisir malgré les embûches.

De plus, ces ondes positives trouvent souvent écho dans votre entourage et créent une sorte de pouvoir attractif. Les gens ont envie de s’en rapprocher, ce qui est bien normal! Vous serez étonné de voir toutes ces personnes qui veulent le succès de votre ferme.

Explorez ces 6 principes que je vous propose en y ajoutant une bonne dose d’énergie, d’organisation et de persévérance (parfois même d’acharnement!), et vous verrez vos ventes augmenter. Vous pouvez toujours les revisiter de nouvelles façons, donc gardez votre ouverture et votre créativité, puis trouvez vos propres chemins!

Besoin de plus d’informations?

Si vous avez besoin de plus de ressources pour apprendre les meilleures pratiques d’utilisation des outils du maraîchage biointensif, rejoignez la Masterclass du jardinier-maraîcher. Cette formation documente toutes nos méthodes de travail éprouvées qui garantiront des résultats constants et optimiseront votre temps précieux!

Vous pourriez aussi aimer

FICHE TECHNIQUE GRATUITE

Comment gérer une ferme rentable